AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Par un heureux hasard [Shane O'Neill]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Laureen Mayfair
{ Barbie Rockstar *
avatar

Féminin
Nombre de messages : 5596
Age : 31
*__Groupe : The Truth Beneath The Rose
Crédit : Avatar & gif by me
Date d'inscription : 14/08/2008

You and S.S.S
*__Love: Jay James
*__Relations:
*__Humeur:
50/100  (50/100)

MessageSujet: Par un heureux hasard [Shane O'Neill]   Jeu 2 Juil - 23:38

    Le vieil adage disait : « un seul être vous manque, et tout est dépeuplé ». Laureen avait déjà pu le constater par le passé, mais cette fois cela était plus douloureux. Un immense océan la séparait désormais de Jay, et bien qu’elle ait encore des proches à LA, elle se sentait seule. Oh, au départ la jeune Mayfair fut ravie pour son homme, son rêve se réalisait, la gloire l’attendait, mais à présent l’égoïsme pointait le bout de son nez. Et elle dans tout ça ? Qu’allait-il advenir de la blondinette ? Déjà qu’avant la demoiselle était paumée, mais là… Nonobstant elle faisait de son mieux pour le cacher, histoire de ne pas affecter ses amis ou sa famille, pas question qu’ils payent eux aussi. Pour cela, lorsque sa peine se faisait trop grande, Laureen sortait et trouvait un endroit où s’isoler. La jeune femme aurait bien souhaiter le faire en cette soirée, cependant ses amies s’étaient montrées têtues et l’avaient trainée de force jusque dans cette boite.

    Laureen savait qu’elle aurait du s’amuser, en temps normal cela aurait d’ailleurs été le cas, mais ce soir rien n’y faisait. Ses amies commencèrent à lui lancer des coups d’œil inquiets voyant qu’elle ne réagissait pas aux conversations, puis la question fatidique arriva : « Tu te sens bien ? ».

    - Oui oui, ce n’est rien, un simple coup de barre, ça me passera…

    Lança-t-elle, suivit d'un petit rire forcé. Bien entendu la vraie réponse était non, une soirée entre filles ne lui changerait jamais les idées, surtout pas si les seuls sujets de conversation étaient portés sur les hommes… Des fois la jeune blonde se demandait ce qu’elle foutait avec de pareilles amies, car au final elles n’étaient jamais sur la même longueur d’onde, il était rare que leurs points de vue convergent, et surtout elles ne la connaissaient absolument pas, la preuve ne serait-ce que par l’endroit où elles l’avaient embarquée. Certes, il arrivait à Laureen de sortir en boite de nuit, mais ce n’était pas ce dont elle raffolait le plus, la « musique » – qu’elle n’appréciait que moyennement, l’une de ces chansons de temps à autre, pourquoi pas, mais que ça durant toute une soirée, non – y était trop forte, trop de monde sur la piste de danse, mais surtout trop de boulets…

    Ne souhaitant pas vraiment que l’attention de ses amies soit trop portée sur elle, Laureen changea de tactique. La demoiselle enchaîna les verres et obtint l’effet escompté, l’esprit embrouillé, sa peine fit mine de lui laisser la soirée de libre. Elle retrouva le sourire, rit aux blagues idiotes de ses comparses – plus pour ne pas les vexer qu’autre chose vu le niveau – et alla même jusqu’à les suivre sur la piste de danse. Peu lui importait la musique à présent, elle se laissait entraîner par le rythme. Mais voilà qu’un crétin éméché se colla à elle, espérant certainement plus qu’une danse. Au début la jeune femme essaya de le repousser gentiment, seulement saoul comme il l’était ce boulet jouait les coriaces. Une fois bien énervée par la situation, Laureen se retourna et lui colla une gifle magistrale avant de sortir en trombe à l’extérieur de la boite, ressentant un besoin urgent de nicotine pour calmer ses nerfs.

    Elle alluma fébrilement sa cigarette sous le regard intrigué d’un des videurs. C’est sur qu’une Laureen en pleine crise de colère qui plus est alcoolisée devait être surprenant à voir, par chance cela n'arrivait pas souvent. Inspirant à plein poumons la première taffe, la jeune femme s’adossa au mur. Bon sang ce que ça faisait du bien ! Et dire qu’elle avait tenu plusieurs mois dans sa résolution de stopper le tabac… C’était foutu, et vu comment les choses tournaient, elle n’était pas prête de s’y réessayer. En tout cas la nicotine fonctionnait à merveille, elle se sentait déjà plus apaisée. Tout en fumant sa clope, la jeune femme observait les gens entrant et sortant de la boite, et qu’elle ne fut pas sa surprise d’y reconnaître l’un de ses plus proches amis.

    - Shane ? Heeey, Shane !

    Le héla-t-elle. En faisant de grand signe histoire qu’il la repère de là où il était. Un espoir venait de naître dans la jeune femme, finalement la soirée ne serait pas aussi pénible qu'elle l'avait pensée.
Revenir en haut Aller en bas
Shane O'Neill

avatar

Masculin
Nombre de messages : 17
Age : 28
Date d'inscription : 01/07/2009

You and S.S.S
*__Love:
*__Relations:
*__Humeur:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Par un heureux hasard [Shane O'Neill]   Ven 3 Juil - 15:08

C'était un de ces jours étranges où rien ne semblait aller. Il faisait pourtant beau sur Los Angeles, quelque part, il faisait beau comme toujours à Los Angeles. Le soleil était une agréable caresse, le sable fin plutôt agréable au contact de la peau quand aux filles dans des maillots très légers, n'en parlons même pas. Et pourtant. Pourtant dans cet univers paradisiaque, il y avait une personne qui ne se sentait pas très bien. Cela faisait maintenant quatre années qu'il était là et doucement l'impatience commençait à le frapper avec violence. Quatre ans de sa vie qu'il passait dans les rues américaines pour finalement se rendre compte qu'il aurait pu être présent depuis dix minutes que cela n'aurait rien changé. Son investigation n'avançait pas. C'était comme un petit échec, mais ce mot ne faisait pas parti de son vocabulaire, il n'accepterait jamais d'échouer, moins encore lorsque l'on parlait de sa soeur. C'était la raison de sa présence, c'était sa motivation au quotidien que cette vengeance qu'il espérait avoir. Voir mort le dernier violeur et tueur de sa soeur serait accomplir sa vengeance, ce serait la venger, lui permettre finalement d'accéder à ce que nous espérions tous, pouvoir reposer en paix.

C'était à ça qu'était occupé sa tête alors qu'il était assis sur cette plage de sable blanc, un verre de cocktail à la main. Il réfléchissait sur lui, sur sa vie et sa motivation, se souvenant de ce soir là. Celui où il avait par deux fois ôté la vie avec une froideur implacable et une sérénité surprenante. Avait-il déjà vraiment réalisé ce qu'il avait fais ? Parfaitement, il en avait oublié de dormir pendant près d'un mois et pourtant il ne regrettait rien tout au contraire. C'était comme de se dire que l'on a fais quelque chose de mal, mais finalement en être fier. Non ce n'était pas « comme de se dire », c'était exactement ça, son geste le laissait dans une indifférence. Il ne s'en vantait pas, personne ne savait, personne ne devait jamais savoir, l'important était là que personne ne sache. Sans quoi, et il en était parfaitement conscient, ses investigations seraient plus compliquées sans compter qu'il était bien probable que l'on tente de le faire disparaître. Un assassin pédophile sera bien capable de tenter de le tuer pour préserver son existence n'est-ce pas ? Une gorgée du breuvage plus tard, il se promettait qu'il ne mourrait sans avoir venger sa soeur. De toutes façons depuis cinq années c'était sa grande raison de vivre, maintenant qu'il se savait capable de le faire, il n'allait tout de même pas reculer ?

*Et après tu feras quoi ?* La grande question était là, que fera-t-il une fois que finalement sa petite soeur sera vengée ? Il aimait trop la liberté pour aller en prison et donc n'irait pas se dénoncer. Son pays lui manquait un peu, mais il souffrait à la seule idée d'y retourner, même s'il habitait loin de l'endroit où sa soeur avait été tuée, ce serait encore trop près, encore trop douloureux. Puis il fallait bien avouer que Los Angeles offrait des plaisirs tous très agréables et auxquels il avait finalement trouvé une certaine accoutumance. Il faut dire que les filles en bikini ne courent pas vraiment les rues dans le froid irlandais. Enfin c'était ainsi qu'allaient les choses n'est-ce pas ? On passe sa vie à prévoir des choses qui n'arrivent pas. Sauf quand comme Shane, vous aviez la motivation ultime, celle qui ne vous fera reculer devant rien et il ne reculerait devant rien pour voir cet homme mort. Il n'avait pas encore vu son visage, ni même trouvé un début de piste, mais quand ce serait le cas, ce serait avec la même froideur et le même calme qu'il logerait une balle dans sa tête. Non ce ne serait pas aussi simple que ça pour l'homme quand il le trouvera. Il comptait le faire souffrir, c'était lui le chef de file lorsque sa soeur avait été abusée. Il méritait de souffrir plus encore que les autres, il allait payer le prix fort.

Enfin les pensées finirent par se turent tandis qu'une charmante brune venait lui parler. Finalement il y avait une autre motivation pour laquelle il resterait certainement à Los Angeles. C'était la chevelure de la jeune femme qui le ramena à penser à Heaven Campbell. Non pas d'amour pour elle, mais finalement ce serait bien dommage que de rentrer en Irlande sans l'avoir mise dans son lit. Comment ça les filles ne sont que des jouets pour lui ? Et en mettant que ce soit le cas qu'est-ce que ça change ? Vous le voyez vous se lancer dans une relation ? « Au faites chéri, qu'est-ce tu fais ici ? Je veux dire pourquoi t'es venu ? » « Oh et bien je voulais tuer l'homme qui a violé et assassiné ma soeur tout simplement. » Non finalement les histoires de coeur allaient attendre, puis à vingt-quatre ans, rien ne presse, c'est à peine l'âge requis pour vraiment connaître les délices que pouvaient offrir la cité des anges. Au moins il aurait au besoin une occupation pour ce soir avec la brune, sauf que celle-ci semblait plus intéressée pour s'amuser maintenant et malheureusement pour elle, il n'avait pas vraiment la tête à ça. L'envoyant promener sans plus de cérémonie qu'une réplique cinglante et froide.

La nuit tomba tout ce qu'on pouvait voir arriver de lent, elle semblait prendre son temps, coloriant le ciel de diverses nuances orangées sans oublier de passer par le rouge. C'était un de ses deux soirs libres par semaine et fidèle à lui-même, il en profiterait pour sortir et prendre du bon temps. Ca du moins c'est ce qu'il prévoyait puisque de s'entendre appeler et de voir quelqu'un agiter ses bras pour son attention semblait aller changer les choses. Oh il ne lui fallut que très peu de temps pour reconnaître Laureen, une demoiselle qu'il connaissait depuis un moment. Sa soeur et elle avaient été amies alors que la jeune femme passait en Irlance, forcément en sa qualité de grand frère protecteur, Shane avait fais la rencontre de Laureen. Une demoiselle de bien, une gentille fille qui semblait parfois pourtant ne pas être totalement à sa place ici aux Etats-Unis, mais ce qui importait vraiment à Shane, c'est qu'elle lui rappelait sa petite soeur. Aussi lorsqu'il s'approcha d'elle, son premier réflexe fut ce regard grondeur que peuvent avoir les grands frères. Sans cérémonie aucune, il arracha la cigarette des mains de la demoiselle, l'écrasant sur le mur tandis qu'il lui prenait le bras pour la forcer à marcher:


- Tu m'expliques ce que tu fais là ? Tu essayes de te pourrir la santé ? Tu m'avais dis que tu arrêtais de fumer, je te promets que je te ferais tenir ta parole. Et puis c'est quoi ce mélange horrible d'alcool qui te sert de parfum ? Ton plan c'était quoi qu'un mec se rende compte de ton état et profites de toi ? Allez à la maison et manu militari s'il te plait.

Inquiet pour elle ? Vous ne pouvez même pas imaginer à quel point il peut s'inquiéter pour elle, elle est un peu comme sa petite soeur. Bien sûr il sait que ce n'est pas elle, mais elle est la seule à savoir pour sa petite soeur, sans savoir pour sa quête de vengeance, cependant ça la rend particulière à ses yeux. Elle est sa petite protégée et avec elle, il ne fera AUCUNE erreur...
Revenir en haut Aller en bas
Laureen Mayfair
{ Barbie Rockstar *
avatar

Féminin
Nombre de messages : 5596
Age : 31
*__Groupe : The Truth Beneath The Rose
Crédit : Avatar & gif by me
Date d'inscription : 14/08/2008

You and S.S.S
*__Love: Jay James
*__Relations:
*__Humeur:
50/100  (50/100)

MessageSujet: Re: Par un heureux hasard [Shane O'Neill]   Ven 3 Juil - 20:46

    Le regard qu’il lui lança annonçait la couleur. Lorsqu’il lui arracha sa cigarette confirma ses craintes. Laureen rentra la tête dans les épaules, se préparant autant que possible à ce qui allait suivre, mais les reproches fusèrent à une telle vitesse que la demoiselle en fut sonnée. Interdite, elle mit quelques secondes à les enregistrer une à une. La honte s’empara de la blondinette car il n’avait pas tort, son agissement n’était pas des plus intelligent. Mais la colère prit le dessus. Comment osait-il ?! Même pas un bonsoir, rien, seulement des remontrances ! Elle se redressa de toute sa hauteur, s’écartant du mur, les effets de l’alcool se dissipant légèrement suite à ce début difficile de conversation.

    -Ce que je fais là ? J’essaye de m’amuser, est-ce un mal ? Tu préfèrerais peut-être que je rumine dans ma chambre ?!

    Lui répondit-elle d’un ton froid. Envolée la joie qu’elle avait éprouvé en le reconnaissant dans la foule. Il débarquait et souhaitait mettre fin à sa tentative de se changer les idées. Grossière erreur. En temps normal elle aurait rit suite à ses reproches, car elle savait qu’il ne pensait qu’à son bien, mais là c’en était trop pour elle, pas ce soir ! Pas maintenant !

    - Ce n’est pas si simple d’arrêter…

    Elle s’y était essayée à plusieurs reprises, voyant bien dans quel état ses poumons semblaient être au réveil, ou encore en constatant qu’en cas de gros effort elle se retrouvait essoufflée… Mais cela n’avait pas été ses motivations à sa dernière tentative. Non, elle avait surtout pensé aux autres – à une personne en particulier, mais vous devinez probablement de qui il s’agit – ne voulant pas les indisposer avec la fumée ou l’odeur. Cela l’avait aidé à tenir bon, ça en valait la peine ! Mais à présent… Bien décidée à ne pas se laisser gronder de la sorte, Laureen prit un grand soin à détailler les boissons qu’elle avait consommé pour répondre à sa question quant à son « parfum ».

    - Alors…euh… bière… martini… vodka… mojito… et, je crois que c’est tout… Ah, non, tequila également !

    Elle les avait énumérés sur ses doigts avant de lui lancer un regard de défit, le menton fièrement levé. Laureen n’avait pas eu souvent l’occasion de braver l’autorité, peu importe d’où elle venait. Durant son adolescence, ses parents avaient très peu haussé le ton, et encore moins imposé des règles, et même les amis protecteurs qu’elle avait eu jusqu’à présent n’étaient pas allé jusque là, elle n’avait donc pas l’habitude qu’on s’adresse à elle de cette manière.

    - Ne me prends pas non plus pour une godiche bon sang ! Ce n’est pas comme si j’étais venue seule, j’ai des… amies à l’intérieur !

    Même dans cet état, qui d’habitude est connu pour délier les langues, que ce soit pour raconter des vérités cachées ou les plus grandes conneries du monde, la jeune femme n’arrivait pas à les qualifier de la sorte. Amies… En même temps, la plupart des personnes qui avaient formé son entourage depuis une bonne année n’étaient pas là, alors Laureen avait fait avec. Cependant, après cette magnifique soirée, elle repenserait à deux fois avant de les suivre, mais elle ne l’admettrait pas à voix haute, et surtout pas devant Shane après ce remontage de bretelles auquel elle avait droit.

    - Et puis tu oublies ces gros malabars de videurs, pas pour rien que je suis restée à proximité. Je sais très bien ce qu’une jeune femme risque, peu importe la ville ou le pays, mais je ne vais pas pour autant arrêter de vivre !

    Sa voix mourut dans un sanglot étouffé. Elle savait, elle sentait qu’il voulait simplement la protéger car étonnamment c’était le rôle qu’il s’était donné. Elle se souvenait également du grand malheur qui l’avait touché étant donné qu’il s’agissait de son amie, nonobstant en cet instant elle était furieuse. Ne pouvait-elle donc pas avoir une vie normale, un semblant d’innocence ? Laureen avait elle aussi vu une tragédie s’abattre sur elle, en plus de la mort de la jeune sœur de Shane, elle savait le monde violent, sombre, et donc avait conscience des risques qu’elle encourait dans ce genre de sortie. Cependant elle était parvenue à vivre avec ce souvenir horrible, la demoiselle était parvenue à reprendre le dessus, à retrouver sa joie de vivre. Elle aurait tant aimé qu’il parvienne à en faire autant…
Revenir en haut Aller en bas
Shane O'Neill

avatar

Masculin
Nombre de messages : 17
Age : 28
Date d'inscription : 01/07/2009

You and S.S.S
*__Love:
*__Relations:
*__Humeur:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Par un heureux hasard [Shane O'Neill]   Ven 3 Juil - 21:49

La gamine avait de la chance qu'il tienne autant à elle car il aurait pu être certain que si quelqu'un lui avait répondu de la façon dont elle l'avait fais, son poing aurait touché son visage. La violence n'était pas véritablement sa nature, cependant il lui était assez habituel de ne pas se laisser marcher sur les pieds. Il avait grandis dans un endroit où la vérité était tout simplement de se battre et de gagner du respect ou d'être soumis à l'adversaire et subir toutes ses envies de violence. Des coups il en avait pris, des douleurs il en avait connu, mais il ne comprenait pas vraiment comment Laureen faisait pour agir comme elle le faisait. En vérité cette colère qu'il avait eu envers elle n'était que sa façon d'exprimer cette crainte qu'il avait pour elle. Cette jeune femme semblait ne pas prendre conscience l'importance qu'elle avait acquis pour lui. Ce n'était pas de l'amour, c'était tout simplement de l'amitié, quelque part presque de la fraternité car il avait le sentiment de retrouver en elle un peu de sa petite soeur:

- Picoler jusqu'à plus soif et devenir une bois sans soif tout en fumant une cigarette dans la rue c'est ta définition de s'amuser ? Personnellement je ne trouve pas que ce soit très malin de ta part, mais après tout, tu fais ce que tu veux de ta vie pas vrai ?

C'était plutôt rare qu'il s'emporte ainsi, cependant la jeune femme avait eu le succès de le mettre hors de lui comme elle venait de le faire certainement involontairement mais elle l'avait fais. Je retrouvais en elle ma petite soeur et la voir ainsi me faisait mal, si elle avait été ma soeur, elle aurait certainement déjà reçu une gifle. Pas par violence ou par colère, mais simplement pour la remettre dans le droit chemin. Seulement ils n'étaient pas dans le droit chemin et il ne faisait pas trop de doute que la jeune femme lui tienne rigueur de ce geste, aussi il retenait son geste:

- Mais tu te fous de moi en plus ? Pas si facile d'arrêter ? Ca fait quoi trois mois que t'as plus touché cette connerie et là tu te mets à fumer dans une rue pendant que t'es bourrée ? Je te croyais quand même plus intelligente que ça.

Le tact et la délicatesse n'avait jamais été vraiment son fort, mais dans le même temps, quand vous avez tué deux personnes par vengeance, vous changez. C'était arrivé au jeune homme même s'il avait toujours eu ça dans les veines. On pouvait penser que c'était de les avoir tué qui l'avait changé, qui l'avait rendu plus froid, et pourtant la vérité était que c'était exactement l'inverse. S'il était parvenu à appuyer deux fois sur la gâchette ce jour-là s'était précisément parce qu'il était calme et froid. Seulement froid, ce n'était pas la jeune femme face à lui qui le laisserait ainsi. Son sang bouillait à l'entendre lui réponde de façon aussi arrogante, ce n'était pas tant ce qu'elle disait que la façon qu'elle avait de le faire:

- Sympa ton mélange maison, je remarque juste que t'as rien pris contre la connerie, c'est dommage ça dis donc. T'en aurais vraiment eu besoin.

Il avait toujours pour elle ce même regard froid et inamical. Pourtant il adorait cette demoiselle qui quelque part avait tout de sa soeur, même cet insupportable comportement qu'il n'avait jamais compris. Le besoin de se mettre dans des situations périlleuses, à croire que toutes les deux avaient aimé le voir jouer au héros les protégeant. Pourtant elle devait comprendre qu'il ne serait pas toujours là. Il savait au fond de lui qu'elle en était consciente, mais il ne parvenait pas à comprendre son comportement si gamin et provocateur.

- Oui à l'intérieur c'est sûr qu'elles sont utiles si un mec vient pour t'emmener ! D'autant que si elles sont dans le même état que toi c'est sûr que leur présence est rassurante. Merde Laureen grandit !

La réplique était partie toute seule sans même qu'il n'en ait réellement conscience. Seulement la jeune femme commençait doucement à le pousser à bout et il avait du mal. Finalement il ferait peut-être mieux de la fuir, mais cette seule idée le terrorisait. Elle avait des choses en commun avec sa soeur, elle lui rappelait sa soeur, le même caractère insupportable qu'elle avait. Et ce fut la pique de trop de la part de la jeune femme. En seulement une petite phrase elle avait réussi à provoquer un tel déclic de colère que la main de Shane claqua violemment sa joue tandis qu'il mettait un pas d'écart entre elle et lui:

- T'es vraiment qu'une...Tu me dégoutes Laureen...Je sais il y a l'alcool, mais ce que tu as dis, c'est..Tu sais quoi t'as raison restes à proximité de ces videurs qui ont pas bronché quand je t'ai giflé. Restes avec tes amies qui sont pas là quand tu te prends une gifle. Continues de boire si ça te fais tellement plaisir et quand tu auras finis comme ma soeur je pourrais dire à ta famille « mais vous savez elle avait rien à craindre avec ses amies et les videurs ».

Il n'en dit pas plus et laissa la jeune femme ainsi qu'elle était, sans un regard de plus se retournant pour partir. Deux choix s'offraient à lui mais il avait déjà fais son choix, elle l'avait quelque part « obligée » à choisir avec sa pique. Après tout elle n'était même pas vraiment sa soeur, quelle importance ce qui lui arrive ? Et pourtant ça lui en coûtait de la laisser ainsi tandis qu'il reprenait tranquillement son chemin. La balle était désormais dans le camp de la jeune femme, à elle de choisir si elle voulait le voir partir et tant pis ou si elle voulait le rattraper...
Revenir en haut Aller en bas
Laureen Mayfair
{ Barbie Rockstar *
avatar

Féminin
Nombre de messages : 5596
Age : 31
*__Groupe : The Truth Beneath The Rose
Crédit : Avatar & gif by me
Date d'inscription : 14/08/2008

You and S.S.S
*__Love: Jay James
*__Relations:
*__Humeur:
50/100  (50/100)

MessageSujet: Re: Par un heureux hasard [Shane O'Neill]   Ven 3 Juil - 23:41

    - J’ai jamais dit que je m’amusais, seulement que j’essayais…

    Lui répondit-elle dans un murmure, ne trouvant pas la force de lui répondre sur le même ton. Elle n’en revenait pas de l’agressivité de ses paroles, surtout qu’elle n’avait rien fait de si grave, comparée à celles de son adolescence, cette soirée était des plus soft… On ne l’y reprendrait plus si ça se finissait de la sorte. Laureen avait fait un effort pour sortir se changer les idées, ne voulant pas retomber dans la morosité qui l’avait étouffée il y a quelques années après la perte de son petit ami de l’époque, car après tout cette fois ce n’était pas une perte, juste un éloignement, et voilà que cet effort était puni. Alors quoi ? Elle se devait de rester gentiment dans son coin ? De s’enfermer dans sa solitude ? Voilà qui n’arrangeait pas la sensation qu’avait la blonde d’être perdue.

    - Non, ça faisait presque un an…

    Sa voix se fit encore plus basse. Il était vrai que d’abandonner sa lutte contre les cigarettes après tout ce temps était ridicule, mais était-ce une raison pour la prendre de haut à ce point ? Avait-il conscience qu’il venait de toucher un point sensible ? Il était fréquent qu’on mette en doute l’intelligence de la jeune femme, d’ailleurs elle s’y attendait, les gens avaient tendance à ne juger que sur le physique sans chercher à voir plus loin… Cela mettait perpétuellement en rage la demoiselle. D’accord, elle n’avait pas fait de brillantes études, ni fait des découvertes scientifiques, mais alors ? Ce n’était pas par stupidité, simplement parce qu’elle ne voulait pas se lancer dans les études uniquement pour prouver quoi que ce soit aux autres, elle ne s’y mettrait que lorsqu’elle aurait enfin trouvé un but. Mais voilà, d’ici là ce genre de remarque la blesserait, d’autant plus si comme ce soir cela venait d’un ami.

    Il continua sur sa lancée, l’enfonçant chaque fois d’avantages. La jeune femme retenait ses larmes autant que possible, cependant certaines trouvèrent les failles et se mirent à perler sur ses joues. Qu’elle grandisse ?! Quelle bonne blague ! Laureen n’avait pas eu d’exemple digne de ce nom, ses parents ne s’avérant pas être des modèles, et étant fille unique, aucun membres de sa famille ne lui avait montré comment s’y prendre. Alors elle avait fait de son mieux depuis son arrivée à Los Angeles, se plongeant dans certaines responsabilités tel que son loyer, les courses. Lorsqu’elle avait retrouvée Lynn, elle avait fait de son mieux pour l’aider, y mettant du sien. Certes, la jeune femme sortait faire la fête, mais ce n’était pas aussi fréquent que ce qu’il semblait le penser. Alors qu’il lui sorte ce reproche…

    Jamais elle n’avait pu imaginer qu’il irait jusqu’à lever la main sur elle ! Sa joue se mit alors à la lancer violemment, elle posa doucement sa main – rafraichie par l’air ambiant – dessus dans l’espoir de l’apaiser, cependant ce ne fut pas le cas, au contraire. La douleur qui s’en suivit lui extirpa une grimace. Mais ce qui lui fit le plus mal ce fut lorsqu’il la compara à sa sœur. C’était un coup bas ! Pensait-il que Laureen avait pu oublier ?! Jamais elle ne le pourrait, tout comme jamais elle n’oublierait que Max était mort dans ses bras, ou encore l’écœurement qu’elle avait éprouvé dans les deux cas face aux agissements des hommes de lois.

    Puis il lui tourna le dos et s’éloigna, la laissant seule. Plus que sonnée, la jeune femme mit un bout de temps avant de se reprendre et de le rattraper. Elle lui attrapa le bras pour qu’il se retourne. Lorsqu’elle s’adressa à lui, ce fut dans un mélange de rire – suite à l’étonnement que ‘elle éprouvait face à la réaction disproportionnée de Shane – et de larmes qui s’échappaient de plus en plus.

    - Alors c’est ça ?Tu me mets plus bas que terre à coup d’insultes et d’une gifle, puis tu mets les voiles ?! C’est LA solution selon toi pour me remettre les pieds sur Terre ? Je ne suis pas parfaite, je ne l’ai jamais été, et je n’ai jamais prétendu l’être ! Je ne sais pas comment vous faites tous pour espérer ça de moi…

    La jeune femme s’écarta, voulant cacher son visage ruisselant de pleures, n’aimant pas laisser paraître son désarrois. Elle alla se coller contre le mur – endroit peu éclairé – et se lissa glisser jusqu’au sol, repliant ses jambes et les entourant de ses bras.

    - Je devrais en avoir l’habitude maintenant pas vrai ?! Ca a toujours été comme ça… Dès que je les déçois, ou qu’ils trouvent plus intéressant ailleurs, ils s’en vont. Ils partent tous… Le pire, c’est que je les comprends.

    Laureen ne s’adressait plus à Shane, mais à elle même. Toutes les peines qu’elle tentait en vain depuis des semaines d’écarter, tous les chagrins qu’elle avait masqué sous de faux airs enjoués, étaient revenues à la charge, plus fortes et inévitables que jamais. La respiration de la jeune femme se fit difficile par la douleur que cela provoquait en elle. Les larmes déferlèrent de plus belle, brouillant la vue de la demoiselle, mais elle était dans un tel état que ça ne la gênait pas le moins du monde, elle n’était plus à ça près.
Revenir en haut Aller en bas
Shane O'Neill

avatar

Masculin
Nombre de messages : 17
Age : 28
Date d'inscription : 01/07/2009

You and S.S.S
*__Love:
*__Relations:
*__Humeur:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Par un heureux hasard [Shane O'Neill]   Sam 4 Juil - 13:18

- Et t'as bien raison d'avoir dis essayé et pas de dire le faire parce que ça c'est pas s'amuser ma pauvre.

Le ton était rapidement monté avec la demoiselle et pourtant croyez-le bien qu'en réalité il l'adorait. C'était véritablement le bon terme car ce n'était nullement de l'amour qu'il y avait de lui à elle, mais c'était véritablement comme une petite soeur pour lui. Elle était cette petite soeur qu'il avait perdu. Pourquoi elle ? Il ne saurait jamais l'expliquer, peut-être le fait que les deux jeunes femmes ne se ressemblent autant dans le passé, peut-être parce que son comportement l'exaspérait ainsi que le faisait celui de sa soeur, c'était inexplicable. En tous les cas, la jeune femme ne semblait pas avoir pris conscience de l'importance qu'elle avait pour lui, comme si elle ne savait pas ce qui était arrivé à la soeur de Shane. Quelque part c'était ça qui vraiment le mettait hors de lui, cette impression que la jeune femme se fiche éperdument de ce qu'il pouvait faire ou penser, elle était une copie conforme de sa soeur sur le point de vue du caractère, exactement les mêmes têtes de mule trop sûre d'elle:

- J'espère au moins que t'es pas fière d'avoir fumé de nouveau.

Quelque part cette situation était des plus ridicules, il savait pertinemment que la jeune femme n'était pas sa petite soeur. Ce qu'il faisait ne devrait normalement pas arrivé car la jeune femme n'avait pas de lien de famille avec elle, il n'aurait normalement pas dû agir ainsi qu'il le faisait, seulement il le faisait. Il la protégeait comme il protégeait sa soeur dans le passé quand elle vivait encore et qu'ils habitaient dans les docks. Enfin comme il protégeait sa soeur *Comme je croyais pouvoir la protéger.* C'était là tout son problème, il voulait protéger Laureen mieux qu'il n'avait pu le faire avec sa petite soeur, quelque part, il voulait se racheter de son erreur, mais cela l'autorisait-il à agir ainsi qu'il le faisait ? Non clairement pas, il se comportait en un parent que la jeune femme n'écouterait de toutes façons pas. Comme un parent que la demoiselle n'avait pas forcément envie d'avoir, dans le fond, ça avait été son choix de protéger la jeune femme, qui sait si finalement elle ne voulait pas être protégée ?

Le fait était que le jeune homme ne se posait pas les bonnes questions et agissait donc de la mauvaise façon. Plutôt que de s'inquiéter de ce qui avait poussé la jeune femme à agir ainsi, il condamnait directement ce qu'elle faisait. Comme si lui ne faisait jamais d'erreur à cause de choses qui le troublaient, et pourtant il ne pensait pas un seul instant que la jeune femme ait pu elle aussi avoir son lot de problèmes qui la poussait à agir ainsi. Quelque part c'était agir en grand frère irresponsable que de simplement la condamner, surtout de la façon dont il le faisait, cependant pour le moment il n'en était pas conscient. Alors il se contentait d'agir selon l'impulsion qui le guidait et qui le poussait, sans qu'il ne s'en rende compte, à descendre violemment la jeune femme sans prendre vraiment conscience de l'impact que ses mots pourraient avoir sur lui. Comme elle ne semblait pas se rendre compte ce qu'elle lui dit quand elle lui dit qu'elle rentrait vivante.

Avant ce soir il ne s'était jamais imaginé susceptible de toucher la jeune femme sinon pour la réconforter, mais ça avait été plus fort que lui et sa main droite avait frappé dans une gifle le visage de la jeune femme. Ce geste la surprit elle, mais apparemment pas autant que lui. Ca avait été en lui comme une violente explosion, il n'avait eu aucun contrôle sur cette main qui avait pris « seule » la direction de la joue de la demoiselle. La claquement avait provoqué un arrêt violent des discutions, mais finalement personne ne sembla s'inquiéter plus que ça de la demoiselle. Et dire qu'elle lui avait dis être à l'abri avec les videurs et les personnes alentours. D'un certain côté, cela prouvait à la demoiselle qu'il avait raison et cette baffe aurait sans doute largement suffis. Cependant il continua encore un peu à enfoncer la demoiselle avant de la laisser *qu'elle aille au diable*. La vérité ? Il ne croyait pas une seconde qu'il serait capable de la laisser.

Il sentit le bras de la demoiselle se refermer sur son bras alors qu'il faisait volte-face pour pouvoir la regarder dans les yeux. C'était un étrange mélange que lui offrait la jeune femme en guise de spectacle. Tantôt elle lui semblait sur le point d'éclater de rire, tantôt il voyait des larmes de douleur ? Non il aurait plutôt parié sur des larmes de détresse tandis que la jeune femme lui répondait, quelque part lui disant ce qu'il savait au fond de lui:


- Tiens bah voilà comme par hasard maintenant ça me retombe sur la gueule de vouloir t'aider.

Plus un moment ne sortit de sa bouche alors qu'il regardait la jeune femme se coller à un mur et se laisser glisser jusqu'au sol, prenant ses genoux contre elle, elle laissait aller les larmes qu'elle semblait avoir retenue trop longtemps. Il n'était pas sûr qu'elle parlait pour lui, cependant il écouta ce qu'elle disait, touché par son petit discours. Décidément la jeune femme avait une bien piètre estime d'elle-même. Il aurait volontiers dis que lui aussi la comprenait, mais elle ne lui était pas juste une jeune femme comme une autre, elle était presque une petite soeur. Aussi il la rejoint, s'asseyant doucement à côté d'elle, il passa sa main derrière son cou pour doucement la tirer vers lui. Tout doucement:

- Je suis désolé Laureen. J'aurais pas dû me comporter comme je l'ai fais avec toi, seulement tu me rappelles ma soeur. C'est triste pour toi, mais j'agis avec toi comme avec elle. Et je veux pas la même fin pour toi que celle qu'elle a eu. J'ai mal agi, je le sais, mais je m'inquiète pour toi.

Pas un mot de plus alors qu'il déposait doucement un baiser dans les cheveux de la demoiselle...
Revenir en haut Aller en bas
Laureen Mayfair
{ Barbie Rockstar *
avatar

Féminin
Nombre de messages : 5596
Age : 31
*__Groupe : The Truth Beneath The Rose
Crédit : Avatar & gif by me
Date d'inscription : 14/08/2008

You and S.S.S
*__Love: Jay James
*__Relations:
*__Humeur:
50/100  (50/100)

MessageSujet: Re: Par un heureux hasard [Shane O'Neill]   Dim 5 Juil - 20:10

    La jeune femme avait ignoré les dernières remarques mesquine de son interlocuteur, car apparemment elle n’arriverait jamais à se justifier à ses yeux. Il s’était mis en tête qu’elle avait déconné, il la jugeait sans savoir l’état d’esprit dans lequel Laureen avait suivi ses amies. Elle n’avait pas chercher à se mettre minable, elle n’avait voulu rien de tout ça… Alors à quoi bon tenter de s’expliquer à nouveau ? Il ne l’écouterait pas. Même lorsqu’elle le rattrapa, il resta méchant. Que faire pour lui ouvrir les yeux ? Devait-elle à son tour lui coller une gifle ? Elle ne se sentait pas capable de le faire, surtout parce qu’elle avait peur à présent qu’il l’avait frappé. Qui sait jusqu’où il irait dans sa colère ? Aussi se contenta-t-elle de marmonner.

    - J’ai plutôt l’impression que c’est sur MA gueule que c’est retombé…

    D’ailleurs elle se demandait si cette douleur lancinante comptait partir un jour ! La blondinette sentait que sa joue avait gonflée… A tous les coups elle aurait un magnifique bleu demain au réveil, si ce n’était pas avant. Comment l’expliquerait-elle à ses proches ? « Oh, ce n’est rien, juste un ami qui voulait me protéger… Pour éviter que je ne me fasse agresser par un inconnu, il m’a frappé. Rien d’inhabituel.». Pas très rassurant n’est-ce pas ? Déjà qu’on lui reprochait – et ce depuis son adolescence, depuis que la jeune femme avait décidé de faire ses propres choix, d’avoir sa propre vie – certaines de ces connaissances qui d’après certains n’était pas des plus fréquentables, cependant jamais elle n’avait écouté ces personnes qu’elle considérait comme étant des snobinards sans réelle personnalité, enveloppes vides bien que dorées, chose qu’elle détestait d’où son envie de fuir ce genre de personne. Tout ça pour conclure que si on lui posait la question, non, elle ne dirait pas la vérité quant à l’origine de la marque que sa joue porterait, les gens feraient tout un plat alors qu’à choisir, Laureen préférerait oublier. D’ailleurs elle espérait zapper toute cette soirée. Avec ses maladresses fréquentes, elle arriverait à trouver un mensonge acceptable… S’être pris une porte ou encore le bras de quelqu’un qui dansait de façon trop originale. Elle n’avait plus qu’à croiser les doigts pour qu’on ne remarque pas que ce bleu avait été causé par une main, étant donné le coup, c’était un risque possible…

    Épuisée, vidée, Laureen se laissa aller contre Shane, posant sa tête sur son épaule. Certes, il y avait peu de chance pour qu’elle lui pardonne son geste, il n’aurait pas du la frapper, cependant il restait son ami, d’autant plus qu’elle en savait assez sur lui, sur sa vie, pour comprendre son comportement. Cela se confirma par les excuses qu’il lui fit. Comme elle l’avait deviné, cela avait un rapport avec la mort de la jeune O’Neill. La jeune femme n’était pas étonnée qu’il fasse un rapprochement entre elles, il était vrai qu’elles avaient bon nombre de points communs, déjà par leur attitude à l’époque… Cependant, la blonde avait changé avec le temps. Si les autres ne le voyait pas, elle le savait. Un changement pas forcément agréable, il lui arrivait d’être nostalgique de son adolescence sur certains points, sa naïveté avait certes été dangereuse à quelques reprises, mais alors elle ne connaissait pas la peur, tout n’avait été qu’amusements et rébellions. Désormais la jeune femme prenait conscience des contre coups de ce genre d’action aussi était-elle plus réfléchie, plus prudente. Mais ce n’était pas ce soir qu’elle le montrerait à Shane, pas vrai ?

    - Je le sais tout ça, je sais que tu veux bien faire.

    La conversation actuelle avait l’avantage de lui faire penser à autre chose qu’à ses propres problèmes. Ca n’en était pas plus agréable. Ce n’était pas pour rien qu’ils abordaient rarement – voir jamais – le sujet. Laureen ne l’avait jamais raconter à personne, pas même à Jasper qui avait pourtant rencontré à quelques reprises la sœur de Shane. Pourquoi ? Parce qu’elle estimait que cette sombre histoire ne regardait personne, et que ça les mettrait dans une situation délicate. Ce n’était jamais joyeux d’apprendre les drames qu’avaient vécu les autres, on ne savait jamais comment réagir, on avait toujours peur de se montrer maladroit, alors la jeune femme n’en parlait pas.

    Mais ce soir il fallait aborder ce sujet, crever l’abcès. La mort de sa sœur continuait d’affecter Shane, et Laureen regrettait amèrement qu’il en soit toujours là. Certes, la blonde ne s’était pas attendu à ce qu’il oublie, à ce qu’il passe outre, cela aurait été choquant, mais que ça le détruise encore à ce point… Si elle avait su ce qui se passerait, sans doute aurait-elle fait tout son possible pour rester plus longtemps en Irlande. D’accord, avec ses petits poings, elle n’aurait pas pu sauver sa sœur, et puis à cette époque la blondinette passait une bonne partie de son temps avec Jasper, et n’était donc pas restée 24h/24 avec la miss… Mais elle aurait au moins pu être présente pour Shane, pour sa famille, elle aurait fait de son mieux pour les aider à traverser cette épreuve. Mais ça n’avait pas été le cas, aussi devait-elle également vivre avec. Elle glissa sa petite main dans celle de Shane et croisa ses doigts aux siens.

    - Écoute. Je suis vraiment touchée par l’attention que tu me portes, ça me fait même du bien, tu es le grand frère que je n’ai jamais eu…

    Et c’était vrai. Etant fille unique, elle ignorait ce que c’était que de pouvoir compter sur les liens du sang, elle avait souvent prétendue être soulagée d’être enfant unique, que ça lui évitait de partager ses affaires etc, mais en vérité une part d’elle était jalouse des autres. Laureen enviait même les disputes frères/sœurs. Peut-être était-ce ce à quoi elle avait droit ce soir ?

    - Cependant, ce n’est pas comme ça que tu m’aideras. Je ne comprends aucune violence, ça me braque plus qu’autre chose… La prochaine fois – en espérant tout de même qu’il n’y en ait pas – prend le temps de me parler, calmement, ça marchera mieux. Et au moins je ne finirais pas dans cet état pitoyable.

    D’une main elle essuya les larmes qui lui maculait le visage tout en lançant un rire faible.
Revenir en haut Aller en bas
Shane O'Neill

avatar

Masculin
Nombre de messages : 17
Age : 28
Date d'inscription : 01/07/2009

You and S.S.S
*__Love:
*__Relations:
*__Humeur:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Par un heureux hasard [Shane O'Neill]   Lun 6 Juil - 13:48

Il n'en revenait pas de ce qui arrivait, il venait de gifler Laureen Mayfair, à sa plus grande surprise car jamais il ne se serait cru capable de lever sa main sur elle. Elle était pour lui cette petite soeur qu'il avait perdu, elle était pour lui cette lueur d'espoir de parvenir enfin à être le grand frère qu'il aurait du ou qu'il aurait voulu être. Il voulait la protéger, c'était sa façon de se racheter de ce qui était arrivé à sa soeur car c'était la vérité que de dire qu'il ne parvenait pas à faire son deuil. Qu'importe que le temps passait, qu'importe que deux des violeurs aient été tués, c'était comme si cette plaie saignait encore et toujours, comme si elle refusait de se fermer. Il savait que la jeune femme n'était pas mauvaise, il savait qu'elle n'avait certainement pas voulu lui faire volontairement du mal, seulement ce qu'elle avait dis l'avait frappé avec une violence toute particulière. Lui même avait été surpris, d'abord d'entendre la jeune femme oser lui répondre ainsi qu'elle l'avait fais. Ensuite parce qu'il se sentait le devoir de la protéger de ce qui finalement était son propre plus grand danger.

Il savait aujourd'hui quel avait été l'erreur qu'il avait faites avec sa soeur. Il l'avait protégé de tout sauf de la seule chose véritablement dangereuse pour elle. Elle-même. Elle avait ce caractère libre et indépendant, cette lueur pétillante dans les yeux, cette même lueur qu'il avait retrouvé chez Laureen. C'était une lueur de folie, une lueur de joie, un quelque chose d'insaisissable. Ce genre de fille que l'on peut rencontrer dans un bar. S'asseoir à côté d'elle, lui parler, elle paraît tellement simple, tellement compréhensible, tellement abordable. Pourtant dans le même temps, vous voyez dans ses yeux cette petite étincelle sauvage qui vous fait comprendre « Je ne suis pas à toi, et si je ne te veux pas, rien ne me fera changer d'avis. Soit macho et tu verras combien je peux être mauvaise. Ne le soit pas assez et découvres combien je peux être insaisissable. » Une petite lueur de malice, une volonté d'être parfaitement indépendante, quelque part des rêves de gamin. Sa soeur était ainsi, petite chose fragile qui se croyait si forte. Petite chose si attachante et pourtant si insaisissable. C'est ainsi, voulant protéger Laureen qu'il en était arrivé à un point qu'il ne pouvait imaginer, car il n'avait jamais levé sa main sur sa soeur, et il se serait toujours cru incapable de le faire. Bien sûr Laureen n'était pas vraiment sa soeur, elle occupait un rôle proche de celui de sa soeur en son coeur, pourtant il l'avait fais. Il sentait encore dans le creux de sa main la violence de l'impact douloureux qu'il avait infligé à la demoiselle. Il s'en voulait, mais il était trop fier pour le montrer du moins pour le montrer dans un premier temps.

C'était connu que ceux qui se voulaient arrogant, fier et hautain étaient souvent en réalité des personnes qui souffraient. Pour lui au moins c'était vrai. Il mentait au quotidien ou presque, faisant croire que tout allait bien, mais la vérité était toute autre. Il paraissait si fort et si intouchable, pourtant la vérité était toute autre. Il était un homme blessé, continuellement souffrant sans jamais vraiment souffrir. Comme cette plaie que l'on aurait au palais. On sent qu'elle est là, pourtant elle ne fait pas vraiment mal, tout en faisant souffrir en même temps. La façon de se soigner est de laisser cicatriser en cessant de lécher la plaie, mais on ne peut pas, on le fait, on passe sa langue dessus dans un réflexe incontrôlable. Cependant lui connaissait sa cure, il voulait la terminer, la mener à bien, il avait le sentiment d'en avoir l'obligation, que c'était là un devoir sacré. Pour le moment dans cette rue, il se sentait étrangement bien, la jeune femme contre lui et malgré ce sentiment de culpabilité quand à la baffe qu'il lui avait infligé. C'était comme s'il était véritablement avec sa soeur, et la jeune femme lui dit qu'elle savait qu'il ne faisait que s'inquiéter pour elle, sans vraiment savoir comment s'y prendre.

C'était quelque part un appel au secours qu'il adressait à la demoiselle, qu'elle lui explique comment mieux s'y prendre. Les relations humaines, si ce n'était passé une soirée entre amis ou séduire une demoiselle n'avait jamais été vraiment son fort. Bien sûr il y avait sa soeur, mais n'avait-il pas finalement été plus un garde du corps que véritablement un grand frère ? Lui-même ne savait pas trop ce qu'il avait été pour sa soeur, en tous les cas, il aimait ce rôle qu'il avait avec Laureen. Parce qu'elle lui rappelait sa soeur, mais aussi parce qu'il appréciait véritablement la jeune femme comme une soeur. Pour Shane ça avait une valeur particulière que de se sentir comme ça avec elle, et même si elle ne se rendait pas compte combien c'était particulier pour lui, il savait qu'il ne pourrait pas ne pas le faire.

Elle et lui n'avaient jamais véritablement osé parler de la mort de sa petite soeur, quelque part parce que la jeune femme avait toujours eu cette pudeur quand à lui. Elle savait combien cela l'avait blessé de la perdre, cherchait-elle à le protéger ? Il n'en savait rien, mais il avait apprécié que jamais elle ne cherche à lui en parler, c'était agréable. Ca changeait des autres personnes qui ne voulaient que l'en entendre parler, comme s'il n'avait pas assez souffert de la savoir violée et tuée. Comme si son souvenir en lui n'était pas déjà souffrance assez douloureuse, ils voulaient qu'il en parle. Ses parents, le psychologue chez qui il avait été envoyé, ses amis. Peut-être était-ce finalement une autre raison qui avait motivé sa décision de venir aux Etats-Unis, outre le fait que le dernier morceau de sa vengeance ne s'y trouve. Il sortit de ses pensées quand il sentit une main trouver la sienne et les doigts se mêler aux siens. Il ne put qu'adresser un sourire à la jeune femme:


- Ouais apparemment pas terrible le grande frère. Tu sais j'avais jamais pensé pouvoir lever la main sur toi, c'était pas terrible comme comportement pour un grand frère. Je suis désolé encore une fois, c'est juste que... Enfin tu comprends je pense...

Il ne trouvait pas de mots parce qu'il le savait, il n'y avait pas vraiment de mots pour le dire. Ca avait été une impulsion quand il l'avait vu ainsi, ça avait été comme si quelque chose en lui avait soudainement cassé. Comme si une barrière avait éclaté et que soudain, gifler la demoiselle était devenue « normale ». Pourtant il le savait, ce ne l'était absolument pas, il n'avait aucun droit de le faire. *De toutes façons pour ce qu'elle vaut la justice des hommes*:

- Ouais j'espère aussi qu'il n'y aura pas de prochaine fois. Mais promis, je tâcherais de penser à ce que tu viens de me dire, même si je me connais. Je te l'ai dis, je vois en toi une petite soeur et j'aimerais te protéger mieux que je l'ai fais avec elle. J'ai fais des erreur avec elle que je refuse de répéter avec toi. Et ça a été une impulsion si violente de te voir comme tu étais, que j'ai craqué. Tu as cette même insouciance que lui, cette insouciance qui me donne l'impression que tu te fous de tout et ça me fait flipper...
Revenir en haut Aller en bas
Laureen Mayfair
{ Barbie Rockstar *
avatar

Féminin
Nombre de messages : 5596
Age : 31
*__Groupe : The Truth Beneath The Rose
Crédit : Avatar & gif by me
Date d'inscription : 14/08/2008

You and S.S.S
*__Love: Jay James
*__Relations:
*__Humeur:
50/100  (50/100)

MessageSujet: Re: Par un heureux hasard [Shane O'Neill]   Mar 7 Juil - 23:29

    Heureusement qu’il n’y avait jamais pensé jusque là, sinon la blonde avait du soucis à se faire. Contre lui, elle n’aurait aucune chance… Et s’il avait trouvé ça normal, la demoiselle aurait rapidement coupé les ponts, jouer les amies battues, très peu pour elle. Cependant, elle avait besoin de Shane, ses amis se faisant rares dans la Cité des Anges. Aussi espérait-elle que ça n’arriverait jamais plus, que ce n’était qu’une erreur de parcours.

    -Je n’ai pas de moyen de comparaison, t’es mon seul « grand frère » mon cher… Mais oui, pas terrible.

    Comprendre ? Le pouvait-elle vraiment ? D’accord, elle aussi avait perdu un être cher, cependant cela n’avait déclenché chez elle aucune brutalité. De la rage, certes, mais de la violence physique non. Bon, ok… Sa chambre n’était pas sortie indemne, il y avait eu du verre brisé, des meubles démolis, mais jamais elle n’avait reporter son chagrin sur les autres.

    - Je pourrais comprendre… Cependant, ce n’est pas une attitude à avoir. Et de une, la violence n’est pas une réponse, dans aucunes situations. Ca ne règle pas les problèmes, ça ne fait que les aggraver. Et de deux…

    De sa main libre elle se désigna, les yeux grand ouvert, les sourcils levés, affichant une moue de cocker pour accentuer le côté burlesque de sa question.

    - Ai-je l’air d’un pushing ball ?!

    L’humour tentait de reprendre le dessus afin de détendre l’atmosphère étouffante. Les sujets abordés étaient sensibles, et vu l’état de la demoiselle, autant délirer volontairement. Qu’on rit d’elle, de ce qu’elle pouvait dire, d’accord, mais pas à ses dépends. Il ne voulait pas qu’elle meurt, c’était tout à son honneur, mais vouloir protéger la jeune femme était vain. Le monde était dangereux, nombreux étaient ceux qui perdaient la vie, Laureen avait déjà de la chance d’avoir tenu jusque là. Bref, c’était « Mission impossible », même Tom Cruise ne pourrait pas assurer la sécurité de miss Mayfair, et c’était tant mieux, la jeune femme haïssait la scientologie.

    - J’ai autant de chance de me faire agresser que de me faire renverser par une voiture dans cette ville. Est-ce que pour autant tu vas m’interdire de traverser les rues ? Sans oublier que douée comme je suis, je serais capable de me noyer dans un verre d’eau, tu ne peux tout de même pas m’interdire d’en boire, non ?

    Le pire, c’est qu’elle était vraiment capable de mourir de cette manière… Déjà petite elle avait manqué plusieurs fois de s’étouffer avec des spaghettis. Non, vraiment elle espérait ne pas voir sa vie se terminer de la sorte, cela ferait un peu tâche sur la pierre tombale. « Ici git Laureen Mayfair, le coup de fourchette lui fut fatal ». Horreur, comment passer pour une blonde jusque dans la mort.

    - Non mais sérieusement, Shane. Tu ne pourras jamais être tout le temps avec moi pour me protéger. Tu ne peux pas tout contrôler, personne ne le peut. A moins que tu ne te mettes en tête de m’enfermer dans une cage, mais même là je parie que je me débrouillerais pour mourir de la façon la plus incongrue qui soit !

    Mais pourquoi, POURQUOI, est-ce que les gens pensaient toujours que la jeune femme était aussi cruche ? Sa couleur de cheveux allait-elle lui être reprochée éternellement ? On pouvait aussi bien être blonde et intelligente ! Paris Hilton était insouciante elle, se laisser filmer en plein ébat amoureux et être surprise par la suite que ça finisse sur la Toile… Mais Laureen n’était pas comme ça, bien qu’impulsive, elle avait conscience des risques qu’elle encourrait à chaque seconde. Si un mec bravait le danger, c’était un homme, un héros, mais s’il s’agissait d’une fille était-elle donc forcément insouciante ? Sexisme ! Malgré cet agacement, Laureen garda un ton calme lorsqu’elle reprit la parole.

    - Je ne suis pas aussi insouciante que ce que tout le monde pense. J’admets tout de même que je peux en donner l’impression… Mais c’est par choix. J’ai pas spécialement envie de passer pour une parano ou autre, car étrangement ça repousse les gens. Hey, j’ai passé une bonne partie de mon adolescence à trainer dans les quartiers dits dangereux de New York, je sais de quel genre d’ordures ce monde est fait.

    La jeune femme renversa le contenu de son sac à main à leurs pieds. Elle se saisit de deux objets dont elle ne se séparait pas lorsqu’elle sortait ces derniers temps. Une bombe lacrymogène et un pistolet à impulsion électrique – moins dangereux dans les mains de la belle qu’une véritable arme à feu. Eh oui, sans son Jay, sans ses bras protecteurs, elle se sentait moins en sécurité.

    - J’ai aussi appris quelques trucs. Par exemple, un mec aveuglé ou électrocuté a tendance à se montrer distrait, aussi ça me donnerait le temps de fuir. Sans oublier les cours d’autodéfense, que j’ai trouvé très drôle en passant.

    Une des choses que Laureen avait fait pour s’occuper lors de sa première année à Los Angeles. Autant mettre son temps libre à profit, pas vrai ? Ce n’était pas souvent qu’un gars proposait de se faire mettre au tapis et bon sang ce que ça avait été amusant de se défouler ainsi !
Revenir en haut Aller en bas
Shane O'Neill

avatar

Masculin
Nombre de messages : 17
Age : 28
Date d'inscription : 01/07/2009

You and S.S.S
*__Love:
*__Relations:
*__Humeur:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Par un heureux hasard [Shane O'Neill]   Mer 8 Juil - 15:02

Jamais il n'aurait dû faire ce qu'il venait de faire. Jamais il ne se serait imaginé capable de frapper sa petite soeur, alors pourquoi Laureen qui occupait en son coeur cette place si particulière ? Il avait toujours cru qu'il était quelqu'un de bien, il avait toujours pensé qu'il pourrait rester calme et posé. C'est vrai qu'il était froid et calculateur en temps normal, cependant voir la jeune femme comme elle était et l'entendre lui dire ce qu'elle lui avait dis, ça avait détruit toutes ses protections quand à la colère qu'il s'imposait. Cette gifle avait été une pulsion d'adrénaline, sorte d'explosion incontrôlée et incontrôlable et il s'en voulait à un point qui lui même le surprenait. Même s'il avait giflé une jeune femme qu'il ne se pensait pas capable de gifler, il y avait quand même ce quelque chose qui habituellement l'empêchait d'avoir des remords. Pourtant là il s'en voulait vraiment, la jeune femme avait apparemment réussis à occuper une place assez grande dans son coeur qu'il éprouve du remord quand à son geste. Ce qui expliquait également sa présence à ses côtés tandis qu'il venait de la gifler. Et il l'écoutait ironiser sur le fait qu'elle ne pouvait pas comparé, mais que en effet, ce n'avait pas été un comportement très concluant. ll l'écoutait me parler avec un sourire sur ses lèvres. C'était bien vrai qu'elle aurait surement pu comprendre, mais que la violence n'était effectivement pas une solution particulièrement habile. Et il ne put réprimer un rire amusé lorsque la jeune femme adopta une moue de cocker battu alors que la jeune femme lui demandait si elle avait vraiment l'air d'un punching-ball. Il sourit en répondant, tout en passant doucement sa main sur la joue de Laureen:

- IL faut apparemment croire que oui...Non Laureen tu n'as pas l'air d'un punching ball, plutôt d'une demoiselle qui ne sait pas vraiment où elle en est et qui essaye de se distraire. Pourtant au lieu de picoler et de te remettre à fumer, ça n'aurait pas été plus intelligent de venir m'en parler ? Ou à n'importe qui d'ailleurs. Tu sais que tu peux venir me trouver quand tu en as besoin, je crois que c'est ça que j'ai du mal à comprendre, mais je ne peux pas te demander de me parler de tout non plus.

C'était une situation plutôt étrange et inhabituelle pour Shane. Même s'il avait toujours voulu être un grand frère parfait pour sa soeur ou pour Laureen, très rares avaient été les moments où il avait pris une des demoiselles dans ses bras. Si avec le recul il regrettait de ne pas plus l'avoir fais avec sa petite soeur, il devait avouer qu'avec Laureen, cela se voulait particulièrement surprenant, il n'avait pas vraiment l'habitude d'une telle proximité si ce n'était pour coucher avec la jeune femme. Seulement on ne couchait pas avec sa petite soeur ou bien ? Dont il ne coucherait pas avec Laureen, mais il avait cette proximité qu'il devait avouer particulièrement agréable. Il adopta une mine pensive et réfléchie, de façon abusive à en devenir sarcastique, avant de répondre:

- Tu veux parier que je suis capable de t'empêcher de faire les deux si ça me garantie que tu ne mourras pas ? Non sérieusement Laureen, je sais que je n'ai aucun droit de m'inquiéter autant pour toi, seulement comme je t'ai dis tu as le malheur de me la rappeler, et donc tu subis ce qu'elle a subis. Un grand frère protecteur, et rien de ce que tu diras ou fera pourra me faire changer je crois, je suis ainsi. T'avais qu'à pas lui ressembler, c'est ta faute en faites.

Il rajouta un grand sourire avec sa dernière remarque, l'humour revenait doucement entre eux, même s'il savait que la jeune femme ne lui pardonnerait pas cette gifle aussi simplement qu'avec un peu d'humour. Elle lui expliqua qu'il ne pouvait pas être tout le temps avec elle pour la protéger et que sauf en l'enfermant dans une cage, il ne pourrait la protéger car elle trouverait moyen de mourir de façon surprenante. Il sourit avant de dire amusé:

- L'idée me semble très intéressante que celle de la cage, je vais y réfléchir. Une cage avec un rembourrage particulier pour éviter que tu ne puisses te blesser ça doit être faisable non ? Puis ça m'arrangerait, je saurais au moins que tu serais toujours bien vivante et en forme. Sauf que je m'en voudrais de te faire ça. C'est ce que j'en arrivais parfois à faire avec ma soeur, l'enfermer dans une bulle protectrice, sans me rendre compte que c'était en faisant ça que je la faisais s'éloigner de moi. Elle voulait simplement profiter de la vie, sans être abusivement protégé par un grand frère trop inquiet pour elle. J'ai dis que je ne voulais faire les mêmes erreurs, et pourtant ça recommence de la même façon. Promets-moi juste que tu feras attention à toi. Ce sera déjà un petit quelque chose.

C'était plutôt surprenant non ? Lui le grand méchant qui a tué deux personnes, le méchant qui est en quête d'un troisième meurtre motivé par la seule et unique vengeance. Il rêvait à ce moment où le violeur serait finalement à a merci, il rêvait de l'entendre, suppliant, souffrant, saignant, blessé et meurtri. Celui qu'il cherchait était le chef de file, il voulait lui faire traverser l'enfer avant de le tuer, et quand ce serait fais, alors sa soeur trouverait le repos. Mais pourtant, il était là, plein de remord quand à une simple gifle pour une demoiselle qu'il appréciait plus que la moyenne des gens qu'il connaissait. C'était un tableau étrange si quelqu'un avait su sa volonté de vengeance, et sa quête de revanche:

- Et voilà que tu te mets même à parler comme elle me parlait. Ca commence doucement à devenir flippant de t'entendre dire les mêmes choses qu'elle. Je sais que tu as passé une partie de ton enfance dans les quartiers dangereux de New York, tu te souviens, je te connais quand même. Seulement Laureen, tu restes une...une jeune femme et souvent les violeurs et autres tueurs ne se contentent pas d'être fort physiquement. N'importe quel débile en manque de sexe peut glisser une drogue dans ton verre en boite de nuit, n'importe quelle brute à la libido active peut t'assommer pour te violer. Ce monde n'est pas sûr et...Et je vais me répéter en te disant que je ne veux pas te perdre comme je l'ai perdu.

Perdu n'était pas le premier mot qui avait frappé son esprit. S'il s'était écouté, il aurait dis qu'il ne voulait pas l'abandonner comme il avait abandonné sa soeur. . C'était ça le goût amer dans sa bouche, il avait le sentiment d'avoir abandonné sa soeur, et ça expliquait pourquoi il tenait tant à Laureen, même si elle ne le voyait certainement pas comme lui le voyait. C'était normal, on ne pouvait pas comprendre une situation que l'on avait pas vécu. Ou pas la comprendre correctement et entièrement. Il sourit en voyant le contenu du sac de la jeune femme:

- Impressionant petit arsenal. Cours d'auto-défense ? Pas mal de ta part, si tu en veux encore tu peux toujours faire appel à moi, je pourrais t'en donner. Ca me rassurera et ça me permettra dans le même temps de te savoir sauve et loin d'un danger éventuel. Evites seulement de tomber dans le piège de l'arrogance, ce n'est pas parce qu'on sait se battre qu'on est invincible.

*Dis celui qui pense ne rien avoir à craindre...*
Revenir en haut Aller en bas
Laureen Mayfair
{ Barbie Rockstar *
avatar

Féminin
Nombre de messages : 5596
Age : 31
*__Groupe : The Truth Beneath The Rose
Crédit : Avatar & gif by me
Date d'inscription : 14/08/2008

You and S.S.S
*__Love: Jay James
*__Relations:
*__Humeur:
50/100  (50/100)

MessageSujet: Re: Par un heureux hasard [Shane O'Neill]   Mar 14 Juil - 23:49

    Elle lui tira d’abord la langue lorsqu’en plaisantant il lui répondit qu’elle était en effet un pushing ball, et cette grimace comique se transforma en grimace de douleur au contact de la main du jeune homme sur sa joue douloureuse. Puis, par la suite elle baissa les yeux, gênée. Venir se confier ? C’était une chose qui ne venait jamais à l’esprit de la demoiselle. Laureen n’était pas du genre à se plaindre, elle avait pour habitude de garder ses problèmes pour elle toute seule. Pourquoi ? Eh bien c’était simple. Avait-elle réellement des raisons de se plaindre ? Riche, belle, des amis, un petit ami merveilleux… Tout le monde n’avait pas sa chance, la majorité de la population mondiale avaient des problèmes bien pires, alors non, la blondinette ne se voyait pas enquiquiner les autres avec ses ennuis, elle aurait le sentiment de jouer les égocentriques de bases.

    - Je n’aime pas venir parler de mes petits soucis aux autres ! J’ai peur de les emmerder avec mes conneries… De passer pour une pleurnicharde.

    Elle savait pertinemment que c’était idiot, on le lui avait dit à plusieurs reprises. Les amis étaient là pour ça, pour soutenir, pour réconforter… Mais étrangement cela mettait Laureen mal à l’aise, se pourrait-il que cela vienne de l’absence de ses parents ? Possible, sans doute aurait-elle pris l’habitude de ne compter que sur elle même, de ne rien attendre venant des autres… Cependant elle constatait, ce soir, que son attitude pouvait toucher ses proches, chose à laquelle elle n’avait jamais pensé. Il se pourrait donc bien que par la suite elle travaille sur ce petit défaut.

    - Je préfèrerais éviter de parier… Déjà parce que la chance est rarement de mon côté, et donc il y a de grands risques que je perde, mais surtout parce que je pense en effet que tu en es capable.

    Or, sans eau, son corps ne tiendrait pas… Et si elle ne pouvait plus traverser une rue, cela s’avérerait être un sacré handicap dans la vie de tous les jours. Plus il insistait sur le fait que Laureen lui rappelait sa sœur décédée, plus la jeune femme était mal à l’aise. A sa place, elle n’aurait probablement pas pu supporter un tel rappel. Cela devait être atrocement douloureux… Elle n’espérait qu’une chose, qu’il oublie ce drame, or sa seule présence l’en empêchait. La blonde était donc un frein à son rétablissement ? La jeune femme se sentie alors coupable. Sans doute ferait-elle mieux de s’éloigner de lui, de couper les ponts pour ne pas réveiller les fantômes du passé… Cependant elle ne s’y résoudrait pas. Cela voudrait dire perdre un ami, perdre son nouveau protecteur. Pas maintenant, elle ne le supporterait pas. Elle se forca malgré tout à rire à sa blague, au fait que c’était de sa propre faute.

    -Une cage avec un rembourrage ? Autrement dit une chambre capitonnée… Ah ben merci ! Dis tout de suite que tu veux me faire enfermer ! D’accord, j’ai des tendances à la folie, mais pas au point de finir à l’Asile !

    Après avoir affiché une mine outrée et lui avoir donné un petit coup de coude dans les côtes, la demoiselle partie dans un éclat de rire franc cette fois, mais son rire se tue peu à peu lorsque la conversation redevînt sérieuse. Laureen se redressa dans sa position assise laissa l’arrière de son crâne reposer contre le mur.

    - Mais oui, je ferais attention et tu le sais au fond de toi, c’est juste qu’il t’est difficile de l’admettre gros bêta. J’ai changé tout de même, tu le sais, ne fais pas une fixation sur cette soirée ratée. Je suis devenue plus raisonnable, ce soir j’ai juste… Je ne sais pas ce qui m’est passé par la tête, je l’admets c’était idiot de venir seule dehors…

    Oui, elle avait retenu la leçon de la giffle, les gros malabars n’avaient même pas levé le petit doigt. Quand elle aurait l’esprit plus claire, une petite discussion s’imposerait avec leur employeur ! Ainsi qu’une discussion avec ses « amies ». Il était peut-être temps qu’elle fasse un petit nettoyage de ce côté là.

    - … mais cela reste très occasionnel, crois moi.

    D’accord, elle n’avait pas vraiment l’espoir qu’il laisse tomber cette histoire, surtout qu’il n’en démordait pas jusqu’à présent. D’ailleurs il repartait dans son délire de ressemblance entre les deux jeunes femmes. Pour l’avoir fréquentée, Laureen admettait qu’il y avait des similitudes, mais pas à ce point ! Déjà à l’époque… Sa sœur avait fui sa protection, alors qu’au contraire Laureen avait voulu celle de ses parents, elles avaient eu des motivations différentes. Laquelle s’était montrée la plus idiote ? Excellente question, sans doute avaient-elles été à égalité sur ce point.

    - Si tu me connaissais aussi bien que tu le prétends, tu saurais que je ne quitte jamais mon verre, je suis paranoïaque à ce niveau là, ce qui en fait rire plus d’un. Bizarrement, cela ne vient pas de ma quête d’adrénaline dans les quartiers à risque, mais des soirées avec ces sales gosses de riche. Ils sont encore plus dangereux, car ils se croient tout permis… Il faut dire que la police rencontre des difficultés avec les parents qui ont la plupart du temps des contacts hauts placés… Société pourrie.

    Laureen fut agréablement surprise par la réaction de Shane face à sa dernière tirade et au contenu de son sac. Elle s’était attendu à des moqueries, pourtant ce ne fut pas le cas, au contraire, il lui fit une offre intéressante. Certes, frapper un inconnu durant les cours avait été drôle, mais elle se sentirait plus à l’aise face à Shane. Déjà parce qu’il lui enseignerait à se défendre pour son bien et pas seulement parce qu’elle l’aurait payé. Seul ombre au tableau : l’attaquer. Elle se voyait mal s’en prendre à lui, elle n’avait pas vraiment l’habitude de frapper ses amis…

    - Des cours avec toi seraient les bienvenus ! Et ne t’en fais pas, je ne suis pas du genre à prendre la grosse tête. Sans oublier que j’ai un talent certain : je dégaine mon téléphone portable plus vite que mon nombre. Je ne suis pas du genre à affronter ce genre de danger, je préfère de loin prévenir les flics puis filer aussi vite que possible…
Revenir en haut Aller en bas
Shane O'Neill

avatar

Masculin
Nombre de messages : 17
Age : 28
Date d'inscription : 01/07/2009

You and S.S.S
*__Love:
*__Relations:
*__Humeur:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Par un heureux hasard [Shane O'Neill]   Mer 22 Juil - 19:20

[HRP=affraid huit jours pour répondre, franchement désolé, j'ai vraiment fais l'impasse désolé Embarassed ]

S'il y avait bien une chose auquel Shane ne comprenait absolument rien, mais au point que dire qu'il ne pigeait pas un broque serait une vérité absolue et inexorable, c'était bien les femmes. Enfin si bien sûr il avait appris à les comprendre en partie. Et ce dernier mot faisait toute la différence car honnêtement s'il était bien une chose qui demeurerait toujours parfaitement incompréhensible pour Shane, et surement toute la gente masculine, c'était bien les femmes. Elles avaient des amies, ça c'était indéniable et plutôt heureux non ? Mais elle n'osait pas aller leur parler où alors faisait tout le contraire et déblatérait leur vie, sexuelle ou autre, sans aucun soucis en quête d'intérêt ou de réconfort. Parfois d'ailleurs les deux. Pourtant Laureen venait prouver le contraire, ajoutant encore une option dans tout cela. Elle craignait de passer pour une pleurnicharde si elle allait trouver les autres pour parler de ses problèmes, elle avait peur de les ennuyer:

- Tu sais, quand je te dis que ça ne me dérangera jamais que tu viennes me parler de tes problèmes, c'est pas juste des mots. Et tu ne pourras jamais être une pleurnicharde à mes yeux, tu es trop forte et trop tête de mule pour ça. Pas si punching-ball que ça apparemment puisque tu passerais ton temps à pleurnicher dans le cas contraire.

C'était vrai qu'une partie des gens quand ils nous invitaient à parler de nos problèmes le faisaient par politesse. D'autres parce que c'était un moyen de se créer une amitié, mais au final peu importe ce qui se dira, un câlin, deux trois mots réconfortants et le tour est jouer. D'autres pouvaient profiter de nos confessions pour faire pression sur nous, et oui ça existait. Enfin il y avait ceux qui comme Shane, lorsqu'ils promettaient d'écouter, le faisait vraiment. Pas juste écouter d'une oreille abstraite, mais véritablement écouter et réconforter. Le plus dur serait de le faire rentrer dans la tête de Laureen, et d'en être capable, même Shane n'aurait pas parié sur lui:

- Tu as raison, sinon je te dirais que tu as déjà perdu. Tout ce que je veux c'est que tu sois bien. Et vivante de préférence. Tu as le temps avant de décider de reposer en paix. C'est pas une raison pour faire de ta vie un enfer. Partages ce que tu ressens, avec moi où quelqu'un d'autre. Je sais que tu veux montrer que tu es forte, on a tous nos faiblesses. Et il planta son regard dans le sien, rajoutant un dernier mot pour accentuer ses dires: Tous.

Au moins Shane réussissait un de ces objectifs. Faire sourire la jeune femme, ce qui ne semblait pourtant pas une mince affaire au rythme auquel les choses s'étaient enchainées. Mais il y parvenait, tantôt volontairement, tantôt involontairement. Parfois aidé par la jeune femme, comme avec l'histoire du punching-ball. Finalement il ne s'en sortait peut-être pas si mal dans le rôle du grand-frère par procuration. Elle continuait rebondissant sur ce qu'il avait plus ou moins sous-entendue, espérant faire rire la jeune femme, redoutant un peu de la vexer. Finalement ce fut un succès, la jeune femme réagit pile comme il aurait pu l'espérer pour que ce soit au mieux. Avec humour. Prenant d'abord une mine outré, elle rit de ce qu'il avait dis avant de lui donner un coup de coude dans les côtes tandis que lui riait déjà. Et c'est avec une mine tentant d'être aussi sérieuse que possible qu'il lui répondit:

- C'était bien là mon idée ! Ca fait des mois que je me dis que tu es bonne à enfermer, mais je doutais que ce soit ta volonté, ceci étant vu que tu en parles, je suppose que tu dois en avoir envie. Ca me va, je te réserve donc une chambre. Non t'en fais pas, je ferais en sorte que tu es une petite vue sympa depuis ta cellule.

L'orage semblait être passé, et ce n'était pas Shayne qui en serait attristé, très loin de là. Il n'avait pas vraiment envie de se prendre la tête avec Laureen, comme il lui répétait parfois, et aujourd'hui ne dérogeait pas à cette règle, s'il était son frère par procuration, ça voulait dire qu'elle était sa petite soeur. Il lui sourit en l'entendant parler, moins sur la fin, c'était aussi occasionnel que sa soeur se balade seule. Occasionnellement et pourtant ça avait suffis:

- Oui je le sais, je sais parfaitement que tu fais attention à toi. Ceci dit gros bêta, tu n'y vas pas un peu fort quand même ? Cette soirée n'est pas ratée tu sais. Disons que jusqu'à maintenant elle n'était pas terrible, mais je dirais qu'elle s'améliore de minute en minute. Même si je concède que je regrette toujours encore de t'avoir giflé. Pas bien malin, malheureusement pour toi, tu es une tête de mule et je sais que tu fonctionnes uniquement sur le modèle, je crois ce que je vois. Désolé encore pour la gifle.[/color]

[i]Il s'en voulait véritablement d'avoir levé la main sur elle, d'autant qu'il n'avait jamais cru en être capable, aussi, comme pour en rajouter à ses excuses, une fois de plus, il déposa un baiser sur la joue de la jeune femme. Ce n'avait pas été malin de sa part, il reconnaissait son tort sans hésitation aucune, cependant, il s'inquiétait pour la jeune femme, et plus elle tentait de lui faire comprendre qu'elle était « grande et indépendante », plus il voulait la protéger. Comportement d'autant plus idiot qu'il savait que c'était en voulant trop protéger sa soeur qu'il avait fini par la faire fuir sa protection. Pourtant il continuait de vouloir sur-protéger Laureen. Pouvait-on être sur-protégé ? Il n'était pas infaillible, et il faillirait nécessairement, surtout quand en plus la jeune femme voulait des libertés. D'autant plus qu'il n'avait aucune pouvoir sur la jeune femme, enfin parce que finalement la jeune femme n'avait pas si tort que ça, il ne serait pas toujours là pour elle. On disait qu'on serait toujours là pour quelqu'un, on ne pouvait jamais l'être vraiment:


- Tu sais, je ne prétends pas te connaître, la preuve tu parviens encore à dire des choses qui me surprennent, comme ce que tu viens de dire. Et crois-moi c'est très agréable d'entendre que tu fais attention à toi et que tu sais comment t'y prendre pour éviter les désagréments du genre drogue dans le verre. Je n'ai jamais douté ni de ta maturité, ni de celle de ma soeur, seulement voilà, vous êtes des gamines et vous le serez toujours à mes yeux. Deux adorables gamines qui veulent jouer aux grandes. Je sais que cette vision ne doit pas te faire plaisir, mais elle ne changera ni avec les mots, ni si tu me prouves le contraire, c'est comme ça. Comme tu dis cette société est pourrie, les gens ont un libre-arbitre et le mien a choisis que tu devais être protégée, que ça te plaise ou pas.

Encore un soulagement quand la jeune femme accepta quelques cours pour apprendre à se défendre, même s'il ne le montrait pas, il était rassuré. Et le serait encore plus après les premiers cours lorsque la jeune femme saurait y faire. Les enseignants pouvaient être bon, mais au final, ils enseignaient parce qu'ils étaient payés, point final. Shane lui enseignerait pour se rassurer, ses cours n'en seraient jamais que plus motivés et surement motivant. Finalement cette soirée pourrait presque finit de façon positive, il lui sourit en répondant:

- Ouais les génies. Tu leur dis de venir discrètement parce qu'il y a un cambrioleur dans ta maison, ils arrivent tellement discrètement que si tu appelais le voleur pour le prévenir, l'effet serait exactement le même. Dis-moi, je sais que ça va te paraitre bizarre mais il se fait tard et je serais pas rassuré de te savoir quelque part entre ici et chez toi. Tu veux pas venir dormir chez moi ? Promis je ne te ferais pas d'avance d'aucune sorte et tu as le lit rien que pour toi...
Revenir en haut Aller en bas
Laureen Mayfair
{ Barbie Rockstar *
avatar

Féminin
Nombre de messages : 5596
Age : 31
*__Groupe : The Truth Beneath The Rose
Crédit : Avatar & gif by me
Date d'inscription : 14/08/2008

You and S.S.S
*__Love: Jay James
*__Relations:
*__Humeur:
50/100  (50/100)

MessageSujet: Re: Par un heureux hasard [Shane O'Neill]   Ven 24 Juil - 20:50

[HJ : pas de soucis... après tout j'ai fait la même chose la semaine dernière Embarassed ]

    Ce qu’il lui dit extirpa un petit sourire à la jeune femme. Vraiment ? Elle était forte ? Pourtant elle n’en avait pas l’impression. Elle cachait simplement ses émotions, Laureen était bonne comédienne, point. Ah, cela pourrait être une vocation… Oulah non ! La blondinette commençait à tomber dans le piège de Los Angeles, toutes ces étoiles lui montaient à la tête. Elle qui s’était toujours moquée de ces pimbêches qui espéraient percer dans ce milieu, voilà qu’elle y pensait ne serait-ce que pour plaisanter, cependant il fallait tout de suite qu’elle oublie ce délire, qu’elle garde la tête sur les épaules et qu’elle se replonge dans la conversation.

    - Fais gaffe, je pourrais te croire… C’est un coup à ce que je débarque un soir, en pleine nuit, et donc que je te sorte de ton sommeil, juste pour parler. Et méfie-toi, lorsque je suis lancée sur un sujet, je peux parler des heures. Tout ce que tu gagnerais, c’est une nuit blanche. Et donc, je finirais par me sentir coupable de t’avoir infliger ça.

    Plus Shane insistait pour qu’elle se confie, plus la jeune femme était mal à l’aise. C’est qu’elle allait finir par se laisser tenter et vider son sac, savait-il que ça la retransformerait en chutes du Niagara ? Il avait intérêt à avoir des mouchoirs sur lui dans ce cas ! D’ailleurs Laureen sentait les larmes monter, mais elle les ravala, refusant de les laisser s’échapper encore une fois. Sans s’en rendre compte, il venait de lui donner la solution pour penser à autre chose.

    - Tous hein… Et quelles sont tes faiblesses ? Déjà, tu ne résistes pas à mes crises, c’est un bon point pour moi !

    Elle espérait qu’il n’avait pas noté les légers trémolos dans sa voix. Pourvu qu’il les ignore et qu’il la laisse dévier la conversation sur lui ! Au moins il continuait dans l’humour pour le plus grand soulagement de miss Mayfair qui rit de bon cœur tout en lâchant la main de Shane afin de lui donner une petite tape dessus.

    - Arrêteuh ! Non mais nooon ! Je n’ai pas donné mon accord ! Quoi que, si tu me trouves une vue sur l’océan, une connexion internet, des livres, le câble… Non, même là, je ne le veux pas !

    Peu importe la vue, une cellule resterait une cellule, déjà qu’elle se sentait seule ces derniers temps, alors enfermée… Certes, les autres patients lui tiendraient compagnie, mais était-ce vraiment une bonne chose ? Laureen serait capable de les rendre encore plus cinglés. Alors d’après lui elle y était allée fort ? En le traitant de gros bêta ? Non, elle ne le pensait pas, elle aurait pu se montrer plus grossière et moins respectueuse, pour elle « bêta » n’était pas méchant, et d’ailleurs cela n’avait pas été son but, être méchante. M’enfin, elle n’allait pas entamer un nouveau débat avec Shane ! Elle se contenta de rouler des yeux.

    - J’ai certains doutes quant au fait que la soirée s’améliore… T’as vu où on est assis là ? Le sol est atrocement sale.

    Comme pour soutenir les dires de Laureen, deux hommes passèrent à quelques pas d’eux, et celui qui semblait le plus mal à point alla jusqu’à vomir un mètre plus loin. L’autre se marra avant d’emporter son pote et ils disparurent à l’angle de la rue. Écœurant ! Par chance elle avait l’estomac solide et ce spectacle ne la rendit pas malade. La blonde lança alors un regard narquois à son ami, se retenant d’éclater de rire.

    - Ouais non, tu as raison, de mieux en mieux. Ah, et heureusement que tu regrettes encore !

    Mais à quoi pensait-il à la fin ? Elle avait mal, MAL ! Alors qu’il arrête de lui toucher la joue bon Dieu ! Ok, cela se voulait gentil, et ce genre de geste était rare – voir inexistants – venant de Shane, aussi ne dit-elle rien, elle réussi même à s’empêcher une nouvelle grimace, mais merde quoi ! La douleur commençait presque à se faire oublier et voilà que grâce à lui Laureen y repensait. La mauvaise humeur semblait pointer le bout de son nez, mais le soulagement pris le dessus. Une fois encore, alors qu’elle s’était attendu à une pique, il ne se moqua pas d’elle. Il l’avait cru de suite lorsqu’elle lui avait expliqué les raisons de cette manie de ne pas lâcher son verre. Généralement on riait d’elle, soit disant elle était alcoolique, qu’elle avait peur qu’on le lui pique et blablabla. Et non, sécurité avant tout.

    - Quand tu parles comme ça, on dirait que tu te prends pour mon père plutôt que pour mon frère ! Eh bien il est nul ton libre arbitre car il ne prend pas le mien en compte !

    Bougonna miss Mayfair en lui tirant une nouvelle fois la langue – ça devenait une manie ce soir – sans méchanceté aucune .Il lui faudrait du temps pour digérer cette déclaration. Juste quand la demoiselle s’était faite à l’idée de ne pas avoir de parent digne de ce nom et qu’elle s’en réjouissait, voilà que Shane prenait la place et bien entendu sans lui demander son avis. Sans lui cacher qu’elle ne pourrait rien y faire.

    - Non, en effet, ça ne m’enchante pas le moins du monde. Mais je ne pourrais pas te faire changer d’avis, tu le dis toi même alors bon…

    Lui dit-elle d’un ton sec. L’atmosphère s’était allégée, aussi ne voulait-elle pas de nouveau se prendre la tête à ce sujet. N’empêche qu’elle espérait qu’il se montre moins protecteur avec le temps ! Elle rit à sa remarque sur la discrétion de la police. Il n’avait pas tort, avec toutes ces sirènes, ces gyrophares, il fallait être sourd et aveugle pour ne pas les repérer. D’un autre côté, elle ne leur demandait pas d’être invisible, elle s’en moquait qu’ils attrapent ses agresseurs, tout ce qu’elle voulait c’était restée indemne !

    - Sachant que si je les appelle c’est pour me débarrasser des hypothétiques agresseurs… si les flics font assez de ramdam pour les faire déguerpir, moi ça me va hein. Je ne m’attends pas non plus à un miracle venant des forces de l’ordre.

    La blondinette n’hésita pas longtemps suite à la proposition de Shane. C’était une excellente idée ! Elle ne se voyait pas non plus rentrer toute seule, plus par flemme qu’autre chose. Sa chambre n’était pas toute proche hein… Et puis elle n’aurait trouvé personne à la villa à tous les coups, Jessica était encore en voyage pour son travail, et Alice probablement chez son homme. La veinarde… Pour toute réponse à cette offre, Laureen acquiesça donc de la tête. La jeune femme ne put réprimer un éclat de rire lorsqu’il la rassura à propos de son invitation. Comme si elle pouvait penser qu’il avait une idée derrière la tête ! Surtout suite à ces nombreuses remarques comme quoi il la considérait comme une sœur. Autre argument : la gifle. Rares étaient les mecs qui giflaient une fille dans l’espoir de la mettre dans leur lit, non ? Bref, Laureen ne se faisant aucune mauvaise idée sur les intentions de son ami.

    - De toutes façons, j’ai de quoi me défendre, t’es prévenu.

    Pour appuyer ses dires, la jeune femme ramassa ses « armes », affichant un petit air hautain avant de rire, et les remit dans son sac.

    - Ou sinon je hurle tellement fort que ça réveillera au moins un de tes voisins qui préviendra la police – décidément, tu vas finir par croire que je suis obsédée par ces gars là – et qui se plaindra pour tapage nocturne. Donc je me doute que je n’ai rien à craindre.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Par un heureux hasard [Shane O'Neill]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Par un heureux hasard [Shane O'Neill]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un ti termi que j'ai trouvé sur internet par hasard
» Pourquoi les hommes sont-ils heureux ?
» Hasard ou destin? [Guenièvre]
» Après O'Neill, Jackson s'invite à SGU.
» Wouyyyyyyy Le premier ministre Bellerive ''heureux'' de l'issue des élections

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: .. LOS ANGELES CITY .. :: 
■ Hollywood
 :: Level 3 Night Club
-
Sauter vers: